Carnet de route de Camille Chancrin – Février 2015

cammille chancrin stage bac

Ça y’est c’est la reprise ! Camille a épinglé son premier dossard de la saison suite à un stage d’entraînement avec son équipe. Découvrez son carnet de route de février.

Lundi 9 février, autoroute A9 sortie 43, nous voilà arrivé à notre destination. Nous c’est les coureurs de Bourg Ain Cyclisme (BAC) et la destination c’est Le Boulou pour le stage de début de saison. Quel plaisir de voir une température à deux chiffres après une semaine glaciale à l’entrainement. Le tableau de bord affiche 15°c !

« le stage cycliste permet de créer le phénomène de surcompensation »

Voilà le premier argument pour justifier le stage cycliste que pratique la plupart des clubs amateurs et professionnels. Pendant une semaine en moyenne on se retrouve entre coureurs de la même équipe dans un endroit plus chaud que celui de son environnement habituel. La température est très agréable, ce qui est une première motivation. La seconde c’est l’effet de groupe. Je trouve tellement moins monotone de faire de longues sorties d’endurance avec l’équipe que tout seul. De plus, le stage cycliste permet de créer le phénomène de surcompensation. On réalise de grosses charges d’entraînement pendant une semaine, le corps est fatigué, si la récupération est bien réalisée suite au stage le niveau du coureur augmentera significativement.

En vélo on a besoin d’un coéquipier quand on est leader et d’un leader quand on est équipier. L’esprit d’équipe est donc très important. Dans les structures comme au BAC 01 les coureurs viennent de toute la région Rhône-Alpes. Impossible de fonctionner sous la même forme que les clubs plus modestes qui roulent ensemble le mercredi après-midi. Le stage est aussi fait pour renforcer la cohésion de groupe et apprendre à se connaître. Pour moi c’est important car étant l’un des derniers arrivant au club j’espère pouvoir faire connaissance avec tout le monde.

Le stage est aussi l’occasion pour le directeur sportif (DS) de dresser les grandes lignes du calendrier à venir et de présenter les différents intervenants au sein de l’équipe. Pour chaque course il y a en plus du DS, un mécanicien et un assistant. Le mécanicien vérifie les vélos avant le départ, les lave entre les étapes. Pendant la course le « mécano » dépanne en cas de crevaison, il est situé à l’arrière de la voiture afin de disposer des roues de rechange juste à côté de lui pour perdre le moins de temps possible. L’assistant prépare les bidons, le ravitaillement, et masse les coureurs. Pendant la course il dispose d’un véhicule pour se placer sur le circuit et distribuer les bidons aux coureurs.

« Travailler sur un organisme déjà fatigué est très intéressant »

Beaucoup d’endurance au programme avec deux sorties de 5 heures. Lors de la deuxième grosse sortie le DS donne ses consignes, une montée allure course de 20 km en fin de parcours. Travailler sur un organisme déjà fatigué est très intéressant. Une monté faite à la même allure en début et en fin d’entraînement n’as pas la même résonance pour le corps. L’intérêt d’un tel exercice est de reproduire les sollicitations d’une compétition. Les moments clés ont souvent lieu dans la dernière heure de course alors que tout le monde est déjà fatigué. Je me prends tout de suite au jeu et en haut du col je suis satisfait de mon niveau. J’arrive avec mes coéquipiers les plus costauds mis à part un ou deux grimpeurs, qui m’ont lâché sur la fin.

« Les directives du DS sont données, je dois être présent sur le début de course »

Suite au stage je participe à la première course de la saison sur le Tour de l’Ardèche Méridionale entre Vogüé et Aubenas (07). La course se déroule sur deux épreuves, une le samedi 14 février et l’autre le dimanche 15.
Les directives du DS sont données, je dois être présent sur le début de course pour éviter de laisser partir un gros groupe sans représentant du BAC 01. Je trouve l’ouverture au bout d’une heure de course en m’extirpant du peloton pour rejoindre une grosse échappée d’une trentaine d’unité. Suite au coup de force dans la descente du principal GPM des coureurs du Chambéry CF (centre de formation de l’équipe professionnel AG2R La Mondiale), je me retrouve à jouer la 5ème place. Le groupe de contre-attaque dont je fais partie perd des unités au fil des kilomètres et des difficultés. Je résiste jusqu’au bout et vais décrocher une 9ème place pour ma première course !

Le lendemain est plus difficile pour moi, je suis tétanisé sous les trombes d’eau et me résous à l’abandon. C’est l’hécatombe sur la course, seul 30 coureurs termineront. Simon Buttner, un coéquipier, termine 3ème. Beau week-end pour l’équipe malgré la fatigue du stage.

Après une bonne semaine de repos je participe au GP Souvenir Jean Masse à Marseille. La météo est clémente. Après d’excellentes sensations en début de course je faibli sur la fin et termine dans le peloton qui rentre à 1m30 du vainqueur du jour, Lilian Calmejane de Vendée U (centre de formation de l’équipe Europcar). Seul 60 coureurs rentrent dans les délais de cette difficile course élite de début de saison.

Suite du programme : Tour de la vallée du Bedat (63) le 1er février en élite, Bohas (1,2 et 3èmes catégories) le 8 puis Paris-Troyes en classe 2 (professionnel) le 15…

Camille CHANCRIN
Coureur cycliste élite au BAC
Entraîneur en cyclisme : www.puissancentrainement.com

A lire également :

–  Carnet de route de Camille Chancrin – Janvier 2015
–  Etirement en cyclisme : bien s’étirer après sa séance de vélo
–  Les principales pathologies du cycliste : causes et solutions

A propos de Thibault

Entraineur professionnel spécialisé en cyclisme, je propose mes services aux cyclistes qui souhaitent progresser grâce à une planification et à un suivi personnalisés de leur entraînement. Plus d'informations sur mon site : www.entrainement-cyclisme.com.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*